Menu & Search
Château Sigalas Rabaud : Rencontre avec Laure de Lambert Compeyrot

Château Sigalas Rabaud : Rencontre avec Laure de Lambert Compeyrot

En parcourant le sud-ouest en quête d’endroits inédits et de rencontres exceptionnelles, j’ai découvert  de nouveaux châteaux grands crus classés dans le Sauternais et fait la rencontre de Laure de Lambert Compeyrot.  Cette personnalité haute en couleur de l’univers des grands vins de Bordeaux est aux commandes de la société d’exploitation d’un des meilleurs vins au monde ; le Château Sigalas Rabaud 1er Cru classé 1855 Sauternes, situé sur la commune de Bommes.

Laure (surnommée « la marquise » par une sélection de ses amis proches), nous a raconté son histoire, celle de ses ancêtres. Elle nous a également expliqué la façon dont elle envisage, avec l’aide d’autres propriétaires de châteaux grands crus classés voisins, de développer l’œnotourisme dans sa région du Sauternais qu’elle aime par-dessus tout. Nous en parlerons dans un autre article.

 « Ma grand-mère était marquise de Lambert des Granges et par simplification, comme les gens associent ma grand-mère à la propriété, trois générations plus tard ils m’appelle de la même manière. Ils ont fait une espèce de symbiose. Pour ma part, je suis très honorée d’être comparée à ma grand-mère qui était une grande dame, très sémillante. Mais j’essaye de ne pas avoir l’arrogance d’une marquise !  D’ailleurs je ne suis pas marquise parce que cela passe par les hommes. C’est mon père qui est marquis. Mon grand-père était marquis et c’est par alliance que ma grand-mère est devenue marquise. »

Laure est la représentante de la 6eme génération de propriétaires du Château Sigalas Rabaud et l’un des objectifs qu’elle s’est fixés, est de mettre en avant le vin de Sauternes en général et de démontrer que c’est un vin comme les autres.

Château Sigalas Rabaud : Rencontre avec Laure de Lambert Compeyrot

 «  Le vin de Sauternes est un vin considéré comme un vin de fête par la plupart des gens. Encore aujourd’hui, on le regarde parfois en étant intimidé. Or, pour moi, ce n’est pas du tout un vin intimidant car j’ai eu l’habitude d’en boire depuis que je suis haute comme trois pommes. On le dégustait chez ma grand-mère sur du poulet rôti, on le buvait chez mon autre grand-mère dans de ravissants petits verres en cristal, et je le buvais lorsque j’étais étudiante à Paris quand je ramais pour essayer de gagner trois sous. Mon objectif aujourd’hui c’est de faire comprendre aux gens que le Sauternes est un vin facile et que c’est un plaisir simple d’en boire. Lorsque que l’on reçoit des invités au château, on leur fait goûter notre vin sur la terrasse et on leur offre maintenant une petite bouteille dans leur chambre pour qu’ils puissent la ramener chez eux. Il est rare que les gens qui viennent visiter le château ne repartent pas avec plusieurs bouteilles. »

Une Histoire de Famille

Avec ses quatorze hectares, le Château Sigalas Rabaud est le plus petit des premiers crus. Au centre du domaine, la chartreuse du 17ème, proche voisine du Château Yquem, est harmonieusement entourée du chai et des dépendances. Plantée sur une légère pente face au sud, la vigne pousse sur la fameuse “terrasse du Sauternais” caractérisée par un soubassement d’argile, recouvert d’un terrain silico-graveleux déposé par la Garonne il y a 600 000 ans.  Ce sol permet une parfaite alimentation à la vigne et procure des belles maturations.

Château Sigalas Rabaud : Rencontre avec Laure de Lambert Compeyrot

Créée au XVIIe siècle, la terre de Rabaud fut acquise en 1863 par Henri de Sigalas. Quarante ans plus tard, son fils unique, Pierre Gaston de Sigalas en vendit la majeure partie. Il conserva la totalité de la croupe graveleuse orientée au sud, «le bijou de Sigalas», soit les 14 hectares actuels. Aujourd’hui, la famille Lambert des Granges, héritière du Château Sigalas Rabaud, perpétue la tradition de respect du terroir et de sélection des vins pour produire un grand Sauternes.

Munie d’un solide bagage scientifique acquis à Montpellier Supagro puis à la faculté d’œnologie de Bordeaux, Laure de Lambert Compeyrot, est aujourd’hui directrice générale de la propriété. Soucieuse de maintenir le patrimoine végétal remarquable de Sigalas, elle a sélectionné, avec la chambre d’agriculture, les ceps anciens, spécialement dupliqués par une pépinière privée. Elle revient à des procédés de culture supprimant toute utilisation d’herbicides, remplace les fongicides par la confusion sexuelle et multiplie les observations de la faune auxiliaire.

Château Sigalas Rabaud : Rencontre avec Laure de Lambert Compeyrot

Cette famille vigneronne, la plus ancienne propriétaire d’un 1er cru classé 1855 vise la perfection. L’environnement et le souci de la biodiversité sont des priorités au Château Sigalas Rabaud permettant d’élaborer les vins les plus grands. Pour le moment, la propriété produit cinq vins différents.

Le Château Sigalas Rabaud, 1er Cru classé 1855 appartient à l’AOC Sauternes. Il est le résultat d’un travail acharné et précis sur un vignoble de 14 Ha en viticulture raisonnée nommé « le bijou de Sigalas ». Une sélection exigeante et manuelle baie par baie du pur botrytis cinerea de septembre jusqu’à novembre donne l’immense complexité du grand Sigalas Rabaud. Crée au XIXème siècle par la Famille Sigalas, ce grand vin ne cesse de surprendre par sa richesse aromatique, sa belle robe soyeuse et sa longueur en bouche.

Issu du même terroir que le premier Cru Classé, Le Lieutenant de Sigalas est un assemblage de Sémillon et de Sauvignon. L’ensemble produit un Sauternes à consommer plus rapidement, tout en fraîcheur, aux arômes de fleurs et de fruits à chair blanche. Un parfait Lieutenant honnête et droit, en devenir. Idéal en apéritif, ou en accompagnement de volailles, de fromages et de desserts aux fruits.

Une partie du domaine est réservée à la production des vins blancs secs dont La Sémillante de Sigalas. Le savoir-faire spécifique de vignerons du sauternais permet à Sigalas de la produire sans adjonction d’antybotrytis. Les choix de conduite du vignoble sont les mêmes que pour le Premier Cru Classé. Les vendanges se déroulent également manuellement par tries successives au fil de la maturité. La Sémillante est un 100% Sémillon fermenté en partie en barrique. Ce vin monocépage est une originalité à Bordeaux. Cependant, fidèle à la tradition bordelaise la Sémillante demeure un vin d’assemblage. Ici l’assemblage ne se fait pas entre les différents cépages mais en fonction des qualités des lots ce qui procure la complexité au vin.

Une partie du domaine est réservée à la production des vins blancs secs dont La Demoiselle de Sigalas. Le savoir-faire spécifique de vignerons du sauternais permet à Sigalas de les produire sans adjonction d’antybotrytis. Les choix de conduite du vignoble sont les mêmes que pour le Premier Cru Classé. Les vendanges se déroulent manuellement par tries successives au fil de la maturité. La fermentation du Sémillon est effectuée en barriques, alors que pour préserver arômes de fruits, fleurs et fraîcheur, le Sauvignon est gardé en cuves acier inoxydable. Les chais sont thermo régulés. Les deux cépages sont élevés sur lies fines. Avant la mise en bouteille, les deux variétés sont assemblées en choisissant la proportion de Sauvignon et de Sémillon selon les millésimes pour leur garder complexité et fraîcheur.

Le dernier des cinq vins dont Laure est très fière et le 5. Le 5 sans soufre ajouté de Sigalas est élaboré sur le même terroir que le 1er Grand Cru Classé.

« Le cuvée 5 c’est une histoire d’envie d’avancer. Quand on fait du Sauternes, comme tous les vins, on a besoin de stabiliser et de mettre du souffre. J’ai de bonnes amies qui me disaient toujours « tes Sauternes ils sont beaux » mais elles n’en buvaient pratiquement pas. Je leur ai demandé « mais quelle est la solution pour que vous puissiez boire mes grands vins ? » et elles m’ont dit « pas de souffre et beaucoup moins de sucre ». Le cahier des charges était donc très clair et avec mon équipe et grâce aux nouvelles technologies nous avons avancé et aujourd’hui nous avons la possibilité de faire des vins sans souffre. Avec la cuvée 5 on a donc un bon produit et en plus mes amies peuvent le boire et ça, cela n’a pas de prix ! »

Ce vin conçu sans ajout de soufre est le résultat d’années d’expérience à la vigne comme au chai. Apéritif doux et naturel, fait de caractère et d’originalité, le 5 bien que représentatif de son terroir, sort du registre traditionnel des Sauternes.

Dans la deuxième partie de l’article nous vous raconterons notre nuit au château dans l’une des cinq chambres de la propriété et les différents programmes d’œnotourisme que Laure met en avant dans son rôle d’Ambassadrice des vins de Sauternes et de la région du Sauternais.

Photos © par Emmanuel Lupé.

Par Emmanuel Lupé