Menu & Search
Exposition Chaumet : Joséphine Napoléon, une histoire (extra)ordinaire

Exposition Chaumet : Joséphine Napoléon, une histoire (extra)ordinaire

A l’occasion du bicentenaire de la mort de l’Empereur, Chaumet organise dans son hôtel particulier place Vendôme.

Une exposition inédite à découvrir sur les moments forts de la vie de Joséphine et Napoléon, avec Nitot, témoin privilégié et fondateur de la Maison Chaumet.

Les grands salons (dont on fête le premier anniversaire de la restauration) du 12 place Vendôme de Chaumet s’ouvrent sur la présentation souvent inédite de quelque 150 pièces de joaillerie, tableaux, objets d’art, lettres et documents graphiques.

Des pièces proviennent de la collection privée de la Maison mais aussi de prêts de collections privées : Maison Royale de Danemark, NBC Bruno Ledoux Collection et Collection Françoise Deville. D’autres institutions culturelles ont également participé aux prêts ; la Fondation Napoléon, le Musée du Louvre, le Château de Fontainebleau, le Musée national des Châteaux de Malmaison et Bois Préau, le Musée Masséna de Nice, le Musée Carnavalet et la fondation Dosne-Thiers.

Cette exposition permet à Chaumet d’être le seul du secteur privé à participer à la célébration du bicentenaire de la mort de Napoléon, aux côtés de prestigieuses institutions comme la Bibliothèque nationale de France, le musée de l’Armée, les Archives nationales, etc.

Sous le commissariat de Pierre Branda (historien spécialiste du Consulat et du Premier Empire, Directeur du service Patrimoine de la fondation Napoléon, auteur du livre Joséphine, le paradoxe du cygne), l’exposition Joséphine Napoléon, une histoire (extra)ordinaire relate la passion de ce couple mythique.

De l’émotion à l’immersion, la mise en scène relate tout au long des salons, les temps forts de l’amour inconditionnel de ces deux êtres avec en filigrane la petite histoire de la Maison Chaumet. Le Salon Chopin (classé aux monuments historiques) dévoile la rencontre et les débuts de cette merveilleuse romance, puis survient le sacre, instant où le couple est à son firmament.

Joséphine nous dévoile tout au long de l’exposition sa personnalité et ses goûts, la vie d’apparat et les enjeux dynastiques qui aboutiront à la séparation du couple. Tout s’achève avec la mise en lumière de la dimension éternelle de cette histoire d’amour qui inspire encore les créations de la Maison Chaumet.

Dès le vestibule menant aux grands salons, Joséphine et Napoléon nous accueillent dans leurs habits de sacre. Découvrir les images de l’épée consulaire et les dessins historiques de diadèmes suggère un témoin discret de leur passion : Marie-Étienne Nitot, joaillier impérial et fondateur de la Maison qui deviendra Chaumet.

Au fil de la visite, prenez le temps de contempler les tableaux les plus emblématiques de cette période : l’Impératrice Joséphine en habit du sacre peint par le Baron François Gérard en 1807 ; le portrait de François-Regnault Nitot par Louis Léopold Boilly en 1810. Nitot, en route vers Rome pour livrer la tiare offerte par Napoléon au Pape Pie VII, s’arrête à Milan pour présenter le joyau au couple impérial. Emerveillement total, c’est ainsi qu’il devint le joaillier de l’Impératrice ; le dessin préparatoire de la Cérémonie par Jacques-Louis David en 1805 ; l’Impératrice Joséphine dans les jardins de Malmaison par Pierre-Paul Prud’hon en 1814

Le salon Chopin nous dévoile les prémices de cette passion naissante : de la révolution jusqu’au mariage. Admirez pour la première fois, des lettres écrites par le jeune Bonaparte au cours de la campagne d’Italie, son portrait en esquisse par David et une copie de l’acte de mariage. La Maison Chaumet y présente l’une des premières œuvres connues du joaillier Marie-Etienne Nitot – une boîte souvenir – et au centre de la pièce, un texte fondateur sur la joaillerie, inédit et écrit de sa main.

Le Salon Vendôme nous fait revivre la force de cette expression qui résume le parcours romanesque de Joséphine jusqu’à son couronnement. Une robe de style Directoire a été spécialement créée pour l’exposition. Elle est face à un miroir digital où elle apparaît parée d’un diadème aux camées créé spécialement par le fondateur de la Maison.

En parallèle, sur Instagram, devenez Joséphine pour un instant. Deux filtres vous permettent de vous parer de diadèmes Chaumet contemporains. Un joli moment ludique !

Le salon des Diadèmes nous raconte le sacre de Joséphine et Napoléon. Marie-Etienne Nitot croise cette histoire fabuleuse et est chargé de réaliser les regalia de la cérémonie. Mise en scène du pouvoir et faste de la Cour sont évoquées par les diadèmes et les parures d’époque… la joaillerie jouait un rôle essentiel !

Ne manquez pas la parure aux camées de malachite de l’Impératrice Joséphine ainsi que le diadème épis de blé créés par Nitot.

Des passages de la correspondance du couple impérial lus par Charles Berling et Muriel Mayette Holtz de la Comédie Française, résonnent dans le cadre feutré du cabinet des portraits. La dimension plus intime de la vie de Joséphine nous est dévoilée : des objets du quotidien aux pièces de joaillerie retracent son raffinement et son esprit libre, libre de sa passion pour la mode. Une inspiration toujours d’actualité pour les créations de Chaumet.

Créés par Nitot, ne manquez pas la paire de boucles d’oreilles (vue sur de nombreux portraits), le collier offert par Joséphine à sa belle-fille, Auguste-Amélie de Bavière. Mais aussi la parure d’intailles de Nitot et Fils.

L’exposition s’achève sur une dimension éternelle de cette histoire (extra)ordinaire, bien au-delà de la chute de l’Empire et de la disparition de ce couple éternel. Une histoire de légende que célèbre encore les descendants de Joséphine et les successeurs du joaillier Nitot comme en témoignent les créations d’hier et d’aujourd’hui présentes dans cette salle.

Par Nitot & Fils, la ceinture gothique inspirée de celles portées par les femmes au Moyen-Age, cadeau de Pauline Borghèse (sœur préférée de Napoléon) à Marie-Louise, seconde épouse de l’Empereur. Elle la conservera jusqu’à la fin de sa vie. La broche de la Reine Hortense évoque un bouquet délicat d’hortensias, création naturaliste de la Maison. Et pour finir, les bracelets acrostiches de l’Impératrice Joséphine où les initiales des pierres composent un message secret, souvent un prénom de la famille impériale.

Exposition du 10 avril au 12 juin 2021, gratuite et ouverte au public sur réservation

CHAUMET
12 place Vendôme 75001 Paris

André Tirlet

0 Commentaires