Menu & Search
Petite marque horlogère aux grandes ambitions, anOrdian redonne vie à une tradition horlogère rare

Petite marque horlogère aux grandes ambitions, anOrdian redonne vie à une tradition horlogère rare

Depuis son atelier de Kelvingrove, la jeune entreprise horlogère anOrdain propose une version moderne des montres à cadran en émail. anOrdain a conquis des fans dans le monde entier grâce à ses designs d’inspiration classique, à la beauté des couleurs de ses cadrans et à son attitude amicale à l’égard de ses clients

Lewis Heath, 35 ans, diplômé en architecture et fondateur d’anOrdain, avoue que le projet d’horlogerie de Glasgow, est aussi improbable qu’encourageant. « À bien des égards, je n’étais probablement pas la bonne personne pour m’impliquer dans ce projet. Je ne connaissais pas grand-chose aux montres, mais je cherchais quelque chose de distinct, et des moyens d’amener les artisans d’ici à adapter ce qu’ils faisaient déjà à l’horlogerie. »

Des débuts ambitieux

L’idée de Heath était de créer un atelier et une marque de montres pour maîtriser l’une des formes créatives les plus élevées de l’horlogerie : la fabrication de cadrans en émail dans la tradition du « grand feu » – ou émail vitreux. La première montre d’anOrdain, sortie en 2018, était le modèle 1. Avec une composition calquée sur celle des cartes vintage Ordnance Survey, plusieurs couleurs de cadran disponibles et un prix extrêmement abordable pour une montre en émail, elle a connu un succès immédiat. Ce modèle particulier était une édition spéciale de 6 pièces fabriquées en mélangeant toutes les autres couleurs de cadran. Malheureusement, tous les modèles 1 sont maintenant épuisés.

anOrdain a commencé ses activités en 2015, soit trois années complètes avant les débuts du modèle 1. L’entreprise a finalement expérimenté 168 émaux provenant de cinq pays différents sur une période de 4 000 heures réparties sur trois ans afin de créer la formule d’émail parfaite. Les cadrans des créations anOrdain ont une translucidité et une profondeur aériennes qui sont uniques à cette forme d’art, et ne peuvent être réalisés qu’au prix d’heures de travail manuel délicat qui, en Suisse, est une tradition respectée depuis longtemps. En Écosse, une telle tradition n’existe pas.

Les garde-temps, tous dotés de mouvements automatiques suisses et d’un style graphique épuré, sont loin du grand classicisme associé aux cadrans traditionnels en émail suisse, et également loin en termes de prix, à seulement 1 050 £. Les cadrans de la série Model 1 sont en émail rouge, bleu ou rose, ainsi qu’en blanc laiteux ou en noir. Un modèle 2 à remontage manuel est déjà en cours de développement.

« Je voulais fusionner un design moderne avec quelque chose d’artisanal », explique Heath. « Quand on voit les couleurs et la richesse que l’on peut utiliser avec l’émail, et que l’on pense à la façon dont on peut mélanger cela avec une typographie et un design intéressants, je me suis dit que l’on pouvait obtenir quelque chose de tout à fait spécial. »

Un minutieux processus de fabrication

anOrdain est situé dans un bâtiment polyvalent appelé Templeton on the Green qui était autrefois la Templeton Carpet Factory, ouverte pour la première fois en 1892. (Vu le style somptueux du XIXe siècle, on peut en déduire que l’entreprise vendait à une époque beaucoup de moquettes). Transformé en centre d’affaires en 1984, puis en « village de style de vie » à usage mixte en 2005, il abrite les activités d’anOrdain, ainsi qu’une brasserie/bar/restaurant.

Travaillant au milieu de piles de cadrans expérimentaux déformés et fissurés et d’étagères empilées avec de petits flacons de poudres d’émail colorées, l’équipe comprend un horloger à plein temps qui assemble chaque montre, un typographe embauché tout droit sorti de l’école.

Une fois que le cadran est découpé dans une feuille de cuivre, il est enduit de poudre d’émail (ou d’un mélange d’émail et d’eau), qui se compose généralement de silice, de plomb rouge et de carbonate de soude. (Le revers du cadran est également « contre-émaillé » afin que le cadran ne se déforme pas pendant la cuisson). Le processus d’émaillage consiste ensuite à tamiser de la poudre de verre colorée sur le cadran en cuivre vierge, à le cuire dans un four à 830°C, puis à le poncer soigneusement pour obtenir une planéité parfaite. Chaque cadran contient jusqu’à huit couches de ce type, et sa fabrication prend quelques jours.

La fabrication de cadrans en émail est un processus extrêmement précaire – un petit grain de poussière sous l’émail peut ruiner un cadran entier, et cela peut se produire à n’importe quel moment de la cuisson, au premier passage, par exemple, ou au septième passage. D’où la production initiale d’anOrdain de seulement 8 cadrans par semaine, et beaucoup de rebuts (et quelques expériences colorées, aussi). Aujourd’hui, Heath dit qu’anOrdain est capable de produire environ 14 ou 15 cadrans par semaine.

Entre chaque cuisson, un cadran en émail doit être poncé pour obtenir une finition uniforme et plate, et les outils utilisés peuvent être aussi bien des outils spécialisés tels que des ponceuses à bande et des brosses métalliques que des brosses à dents, des pinceaux et d’autres objets courants. « Notre émailleur principal, Adam [Henderson], était orfèvre et concepteur de bijoux, il avait donc quelques connaissances, mais ce sont les tolérances nécessaires pour que cela puisse s’intégrer dans un boîtier de montre qui constituent un véritable défi », explique M. Heath, soulignant que les cadrans de 1,2 mm ne peuvent pas être plus épais d’un demi-millimètre et que la surface doit être parfaitement plane. « Il ne peut pas être plus haut d’un dixième de millimètre d’un côté », poursuit-il. « Le défi consiste à atteindre ce type de tolérances à la main, et il a fallu deux ans et demi pour y parvenir. »

Les inscriptions du cadran sont également imprimées sur l’émail en interne, et AnOrdain a pu y ajouter un peu plus d’inspiration écossaise : lorsque l’équipe a constaté que les encres traditionnelles pour cadrans ne permettaient pas d’obtenir l’effet de relief souhaité, elle a recherché et obtenu une encre utilisée dans l’industrie du whisky pour l’impression sur verre.

Le modèle 2 est la prochaine évolution de la philosophie de conception d’anOrdain. Doté d’aiguilles uniques, squelettées et dotées de pointes fines, il est extrêmement difficile à fabriquer. Les cadrans du Modèle 2 présentent une typographie inspirée des équipements industriels des années 1950, et le chronométrage est assuré par le Sellita SW220, une version à remontage manuel du SW200, qui est lui-même une copie de l’ETA 2824-2.

Bien que les cadrans en émail soient eux-mêmes inspirés de l’Écosse, ce sont manifestement les artisans talentueux d’anOrdain qui ont fourni à Heath la plus grande partie de son inspiration en matière de design, et qui l’ont incité à faire évoluer la marque. « Il y a des influences plus évidentes en termes de palette de couleurs dans le modèle 2, qui est basé sur les couleurs naturelles trouvées dans les Highlands, mais je dirais que ce sont les gens derrière la montre, et c’est vraiment l’équipe qui fait anOrdain et à son tour, les montres. J’ai senti très tôt que la marque avait sa propre personnalité ; et pour moi, c’est ce qui fait une bonne entreprise. Nous avons beaucoup appris et nous avons dû trouver nos propres solutions par un processus d’essais et d’erreurs, pour développer nos propres techniques », ajoute Heath.

Teddy Sarou