Menu & Search
Le Romanée-Conti 1945 : le vin le plus cher du monde vendu aux enchères à 558 000 dollars

Le Romanée-Conti 1945 : le vin le plus cher du monde vendu aux enchères à 558 000 dollars

Le Romanée-Conti 1945 vient de battre le record du monde ! En effet, cette bouteille rare s’est vendue aux enchères à New-York, pour la modique somme de 558 000 dollars. Le vin a donc pris la place du Château Lafite Rothschild 1869, qui a été vendu pour moins de la moitié de ce montant en 2010, notamment 233 000 dollars.

Le Romanée-Conti 1945, une bouteille d’exception

Le-Romanée-Conti-1945
Le Romanée-Conti 1945

Éstimé à prix initial de 32 000 dollars, ce millésime d’exception a trouvé preneur pour un prix étonnant ! Du jamais vu pour du vin ! C’est lors de la vente aux enchères organisée par la maison Sotheby’s dans la Big Apple à New York que la bouteille flamboyante a été vendue adjugée pour 17 fois le prix de départ. L’enchère a grimpé avec une grande vitesse pour atteindre le prix de 558 000 dollars soit 482 326 euros. Il est à noter que cette bouteille est l’un des 600 derniers exemplaires produits en 1945, avant que le domaine de la Romanée-Conti n’arrache et ne replante les vignes. Avant d’être vendue aux enchères, cette bouteille rare appartenait à Robert Drouhin, et provient de sa collection personnelle. Il est également le détenteur de l’une des plus grosses maisons de Bourgogne entre 1957 et 2003. Notament la maison Joseph Drouhin, qui a aussi été le distributeur exclusif du domaine de la Romanée-Conti pour la France et la Belgique de 1928 à 1964. Cependant, le nom de l’acquéreur reste inconnu. Ce qui est sûr, c’est qu’il doit s’agir d’un grand collectionneur amateur des grands crus de prestige.

Ce vin est d’ailleurs considéré comme le plus grand vin de Bourgogne, et même le cru le plus prestigieux du monde. Ce qui justifie ce prix exorbitant auquel il s’est vendu. En plus de sa qualité, cette bouteille de prestige est également l’une des plus rares, mais certainement aussi l’une des plus savoureuses.

Le Romanée-Conti : une tradition ancestrale et un savoir-faire extraordinaire

Le-Romanée-Conti
Le Romanée Conti

Le Romanée-Conti, une tradition ancestrale, s’est faite cette renommée mondiale depuis le Moyen-Age. Dès le Xème siècle, l’Abbaye Saint-Vivant de Vergy cultive les premiers cépages de ce vin d’exception. Les graines de raisons du Romanée-Conti ont donc fleuri sur la bande de coteaux de la Côte de Nuits ou Côte d’Or, et se sont développés et étendus sur près de 2 hectares.

Ce grand cru a vite séduit les amateurs de vins, non seulement pour son parfum d’exception qui le distingue mais également pour son arôme franc et flamboyant. Il est très vite devenu une des meilleures références en termes de vin dans le monde. Pour garantir la qualité de ses vins, seules entre 5000 et 6000 bouteilles sont produites chaque année. Et ces dernières se vendent pour plusieurs dizaines de milliers d’euros chacune.

D’autres bouteilles vendues à un prix surprenant

Aujourd’hui, en plus du Romanée-Conti, le podium des grands crus les plus chers du monde compte donc un Château Lafite Rothschild 1869, ancien record, vendu à 233 000 dollars soit 204 430 euros à Hong-Kong en 2010. Trois exemplaires du même millésime avaient été adjugés, ce jour-là. Et en troisième place, on a un Impérial du Château Cheval blanc 1947 de 6 litres, vendu à 304 000 dollars soit 266 720 euros à Genève. Tous les trois étant des vins rouges rares d’exception, au goût plus sucré que tannique.

Mais l’on se réfère à toutes les tailles de bouteilles confondues, l’ancien record date de 2007 pour un jéroboam de 3 litres de Mouton-Rothschild millésime 1945 qui a trouvé preneur à New-York pour un prix de 310 700 dollars.

Mais lors de la vente aux enchères qui s’est déroulé récemment, une autre bouteille de Romanée-Conti 1945 a aussi été adjugée 496 000 dollars établissant le second prix le plus élevé jamais vu aux enchères. Et une bouteille de whisky écossais millésime 1926 a aussi été adjugée 843 200 dollars soit environ 728 400 euros. Une somme étonnante mais qui n’est pourtant pas le record pour le whisky.

Patrick

Retrouvez les autres articles de la rubrique Gastronomie

0 Commentaires

12 + = 15