Menu & Search
Le Château La Grâce Dieu des Prieurs : fusion de l’art, de l’histoire et de l’architecture

Le Château La Grâce Dieu des Prieurs : fusion de l’art, de l’histoire et de l’architecture

Depuis plusieurs millénaires, l’alchimie du vin n’a cessé d’être revisitée pour que chaque bouteille marque une histoire et ait sa propre saveur. La chronique de la Grâce Dieu des Prieurs, Saint-Emilion Grand cru, est née d’un rapprochement entre Andreï Filatov, mécène et homme d’affaires d’origine russe et Jean-Nouvel, un architecte de renom français connu dans le monde. Soit une création racontant l’histoire de la France et celle de Russie à la fois. Tous deux, étant passionnés par l’œnologie, ont eu l’idée de créer un vin d’exception par amour spirituel pour l’art, l’excellence et l’amour du savoir-faire.

Un vin exceptionnel entre l’art et l’architecture

Jean Nouvel et Andreï Filatov ont relevé le défi de se mettre à fond dans leur projet pour donner fruit à un travail inédit et unique. La Grâce Dieu des Prieurs unit en lui le savoir-faire français et russe.

Andreï Filatov est un passionné de l’art et des jeux d’échecs et il porte intérêt aux valeurs de la France. En 2012, ce dernier a lancé sa fondation « Art Russe » entièrement dédié à la culture artistique et à sa diffusion. Il tenait absolument à partager sa passion mais surtout le patrimoine riche et unique de son pays au public. Le but de cet homme d’affaires est de marier l’excellence à la culture.

Jean Nouvel quant à lui, architecte populaire de l’hexagone, s’est fait connaître par son audace et son savoir-faire architectural. Celui-ci s’est vu récompensé de plusieurs prix prestigieux durant toute sa carrière mais cela ne l’a pas empêché de rester attaché au travail de la terre. Pour rénover le château, l’architecte s’est fait épauler par une équipe de professionnels pour garder le savoir-faire acquis tout en y ajoutant les dernières techniques.

Tout a donc été complètement retravaillé par l’apport de ceux qui ont font aujourd’hui l’histoire, sans pour autant s’éloigner de la tradition de Saint-Emilion, notamment le cuvier, le fortin, l’ombrelle, le belvédère, la crypte ou encore la gironde. À l’instar de son cuvier, La Grâce Dieu des Prieurs est une signature d’ingéniosité et d’art.

Un vin de qualité qui tient une place importante

Il est à noter que la cité médiévale Saint-Emilion est classée au patrimoine mondial de l’UNESCO. Les grands crus de la maison et son paysage viticole sans égale a fait sa notoriété durant plusieurs siècles. Le Grâce Dieu des Prieurs se présente dans la lignée du savoir-faire ancestral de la région pour innover davantage et équilibrer entre tradition et modernité pour donner fruit à vin riche et frais d’exception.

Les détails sont importants au sein du château, d’ailleurs, le directeur de l’exploitation, Laurent Prosperi et Rod Vangheli prêtent particulièrement attention à ces derniers. Amoureux des arts culinaires et de la culture, ceux-ci se sont entourés d’une excellente équipe viticole afin de produire soigneusement un vin exceptionnel basé sur la tradition séculaire des grands crus
de Saint-Emilion.

On peut citer Louis Mitiaville qui est une grande référence dans le secteur de la production de grands crus. Connaisseur et professionnel en vigne et en vin, il collabore énormément au succès et au développement de La Grâce Dieu des Prieurs.

Avant d’arriver dans les bouteilles soufflées selon une forme utilisée à la fin du XVIIIème siècle, ornées de représentations de toiles peintes par des experts d’art, le vin passe d’abord par une extraction par gravité avant d’être porté à maturité dans des fûts de chêne choisis avec minutie.

La direction artistiquet d’Art Russe met donc en valeur la éloge et la glorification de l’art de vivre et la finesse du mélange des traditions et la modernité.

Quentin

0 Commentaires