Menu & Search
Un parc de sculpture et d’architecture à découvrir : La Friche de l’Escalette

Un parc de sculpture et d’architecture à découvrir : La Friche de l’Escalette

La Friche de l’Escalette

Située à l’orée du Parc National des Calanques de Marseille, la Friche de l’Escalette est ouverte au public pour la quatrième saison consécutive. Désireux de faire partager leur passion pour l’architecture et tout particulièrement l’oeuvre d’un grand maître en la matière, Jean Prouvé, Eric et Elliot Touchaleaume s’attachent à faire vivre ce patrimoine industriel remarquable.

La volonté de valoriser ce site, jadis occupé par une usine à plomb active de 1851 à 1925 s’apparente à un acte militant visant à sensibiliser le public à la nécessité de préserver notre patrimoine industriel. C’est aussi un cri d’alerte quant à l’obligation de dépolluer rapidement une zone encore marquée par ses anciennes activités.

A l’origine, une activité minière florissante dans les Bouches du Rhône au XIXe siècle qui conduisit à l’implantation de diverses usines sur le littoral sud en raison d’un accès direct à la mer et du mistral qui avait l’avantage de chasser les polluants loin de la ville.

De l’usine de traitement de plomb de l’Escalette, ne reste que quelques vestiges réhabilités et sauvegardés par Eric Touchaleaume qui rachète le site en 2011. Dans une nature préservée,  colonnades,  bassins  et  murs  cyclopéens,  envahis  par  la  végétation  constituent un  ensemble  architectural  d’une  ampleur  impressionnante. C’est aussi un témoignage historique de l’intense activité industrielle qui y régna au XIXe siècle.

Les bâtisseurs de cette usine, ont tiré un parti remarquable de la topographie des lieux pour y adapter les différentes phases de l’activité, il en résulte des aménagements uniques conçus sur mesure. Malgré l’état de ruine des installations, le processus de fonctionnement de l’usine est tout à fait compréhensible, même pour un public néophyte.

Adepte de la « philosophie du cabanon » cet ancien galeriste parisien, inconditionnel de Jean Prouvé s’engage en faveur du patrimoine moderniste en danger. C’est alors le début d’un parcours inédit qui vise à faire vivre ce site avec passion et ténacité.

L’exposition d’architectures légères de collection, préfabriquées et démontables, est une spécificité peu commune que développe la Friche de l’Escalette.

Avec son fils Eliot, ces 2 spécialistes de l’architecture légère, de mobiliers et de sculptures modernes nous invitent à un parcours éclectique avec l’exposition « Prouvé à vivre », aménagement intérieur du Pavillon 6X9 (1945) et du Bungalow du Cameroun (1957/1962) et la découverte d’oeuvres inédites d’artistes contemporains.

 

 

Transmissions

En résonance avec l’atmosphère des lieux, Myriam Mihindou présente Transmissions

Transmissions, c’est un  ensemble  de  cannes  en  grès  chamotté  à  la  peau  rugueuse  et  aux  teintes  sourdes suspendues par des cordes de chanvre aux branches d’un pin torturé par le vent, évoquant ces arbres sacrés  couverts  d’ex-voto  et  d’offrandes  dédiés  en Inde aux divinités de la nature.

D’origine  gabonaise,  née  d’un  père africain et d’une mère française et artiste nomade,  son  œuvre  conte  des  histoires  métissées et reflète des identités multiples. Sa vie et son oeuvre , chargée de sens, sont indissociables.

Dans  le  cadre  de  cette  friche,  riche  de  la  mémoire de son activité passée, ses créations trouvent  tout naturellement leur place.

Indépendamment des expositions, la petite équipe  de  la  Friche  de  l’Escalette  anime  sur  place toute l’année des ateliers de restauration consistant  à  redonner  une  utilité  à  des  architectures  de  collection  qui  sont  généralement  délaissées après leur exposition.

Ces sculptures et installations, sélectionnées chaque été pour leur sensibilité relationnelle avec l’architecture, la nature ou le site,  devraient permettre à terme de transformer la Friche de l’Escalette en  un véritable parcours de sculpture permanent.

 

Comme l’a si bien dit Eugène Viollet-le-Duc
« Restaurer un édifice n’est pas seulement l’entretenir, le réparer, le repeindre (…) Le meilleur moyen de le préserver c’est de lui trouver un emploi. »

 

Christine Masseron

0 Commentaires

9 + 1 =