Menu & Search
Arts florissants et Costumes en fêtes au Musée de la Musique – Philarmonie de Paris.

Arts florissants et Costumes en fêtes au Musée de la Musique – Philarmonie de Paris.

Le style « Arts Flo »
A l’origine des Arts Florissants, un petit opéra de Marc Antoine Charpentier qui donnera son nom à l’un des ensembles de musique baroque les plus reconnus au monde et la passion d’un américain, William Christie, claveciniste, chef d’orchestre, musicologue et enseignant qui n’a eu de cesse de révéler au public le répertoire français des XVIIe et XVIIIe siècles avec une étonnante modernité.
A l’heure où les arts florissants fêtent leur quarantième anniversaire sous la houlette de son fondateur, William Christie, le Musée de la musique, en partenariat avec le Centre national du costume de scène de Moulins, nous invite à découvrir 40 merveilleux costumes des plus beaux spectacles d’opéras du Retour d’Ulysse de Monteverdi aux Indes galantes de Rameau. Véritable challenge que celui de réunir en ce lieu symbolique autant de pièces de collection issues des productions actuelles et passées des Arts Florissants !

Dialogue entre musique et costumes
Issus des plus grandes scènes françaises et internationales, les costumes présentés au sein des différentes galeries du Musée de la musique, nous plongent au coeur des nombreux spectacles évoqués dans cette installation mise en scène par Robert Carsen, fidèle collaborateur de William Christies. D’entrée de jeu, la galerie du XVIIes nous fait revivre les débuts de l’opéra avec des costumes de scène d’un raffinement extrême. Tout comme la mise en scène et l’interprétation du chef d’orchestre, les costumes contribuent à l’esthétisme global de l’oeuvre. Au gré de la déambulation dans le musée, nous voilà transportés d’un opéra à l’autre, dans une harmonieuse découverte d’instruments de musique d’époque (claviers italiens, claviers flamands…) qui entrent en résonance avec les costumes exposés. Au XVIIIes, la musique ne sert plus seulement le pouvoir absolu et devient un art apprécié par un public d’amateurs. Dès lors, l’opéra, principale institution musicale, va susciter de nombreuses querelles esthétiques ! Ici, point de sujets de discordes, juste le plaisir d’admirer ces costumes savamment distillés tout au long du parcours de la visite du musée qui, du XVIIes à l’époque contemporaine, nous fait vivre l’incroyable épopée de la musique à travers une impressionnante collection d’instruments européens et du bout du monde.

Une fondation à découvrir
La fondation des Arts florissants, crée en 2017 est à la fois l’aboutissement d’un projet de pérennisation de l’œuvre de William Christie et des Arts Florissants, dans le domaine de la musique baroque… mais pas que ! De la musique aux jardins, l’esprit baroque est omniprésent et règne en maitre au domaine de Thiré en Vendée qui accueille chaque été les mélomanes du monde entier.

Amoureux de l’opéra baroque ou néophyte, ne ratez pas cette belle exposition au Musée de la Musique qui nous offre une partition unique jusqu’au 10 mai 2020.

Christine Masseron

Costume de Monsieur Jourdain dans Le Malade imaginaire de Marc-Antoine Charpentier. Les Arts Florissants, 1990.
Costumier, Patrice Cauchetier.
Prêt du Centre de musique baroque de Versailles.

© Florent Giffard – CNCS

Costume de Melpomène dans Atys de Jean-Baptiste Lully. Les Arts Florissants, 1987.
Costumier, Patrice Cauchetier.
Prêt de l’Opéra National de Paris.

© Florent Giffard – CNCS

Costume des Parques dans Hippolyte & Aricie de Jean-Philippe Rameau. Les Arts Florissants, 1996.
Costumier, Patrice Cauchetier.
Prêt de l’Opéra National de Paris.

© Florent Giffard – CNCS

0 Commentaires