Menu & Search
La Yamaha V-Max, une moto magnifiée par Hermès vendue aux enchères

La Yamaha V-Max, une moto magnifiée par Hermès vendue aux enchères

Lundi 20 novembre, la Yamaha V-Max est mise à la vente aux enchères pour rendre hommage à Jean-Claude Olivier, l’homme, sans qui la France a failli ne pas profiter de la V-max. Une moto sans pareille dotée d’une motorisation surpuissante, mais également un habillage de prestige unique et raffiné réalisé par les soins du maître de la sellerie Hermès.

La V-Max, une indémodable sur le marché français

La V-Max débarque sur le marché dans les années 1980, et son style unique et exceptionnel a fait rêver plus d’un, indémodable, elle ne laisse pas les Français indifférents. Sortie en 1894, elle fut très appréciée par le bruit harmonieux de son moteur V4 de 1200 cm3 et ses 104 chevaux. Si auparavant, le but était de s’imposer sur les marchés américains et japonais, la moto finit par sortir en France grâce à Jean-Claude Olivier, fondateur de Yamaha Motor France. Ce dernier a su persuader la maison mère japonaise d’écouler quelques modèles dans le pays. Cette moto avec ses lignes réalisées par John Reed a fait de cette moto un succès indémodable et intemporel. 10 exemplaires du fameux modèle furent alors homologués et remis aux « stars » les plus célèbres pour des balades remarquables sur le bitume de Saint-Tropez. Cette publicité ingénieuse connaît alors son succès car elle a permis à la V-Max de s’imposer sur l’hexagone, le second plus gros acheteur après les USA. La V-max est donc devenue un must have pour les Français qui ne peuvent plus s’en passer depuis.

 

Une version unique pour Jean-Claude Olivier

Pour faire des remerciements à Jean-Claude Olivier de s’être investi personnellement dans l’importation de cette moto unique et hors du commun sur le territoire Français, Yamaha Motor France décide alors de lui faire cadeau d’une V-Max originale. Au lieu de recevoir une canne à pêche, un kit complet de jardinage ou des charentaises en fil d’or, Monsieur Yamaha France a donc été bien récompensé pour son départ à la retraite avant de laisser sa place à Eric de Seysnes. Une deuxième version sortie en 2008, dotée d’un moteur V4 de 1 700 cm3 qui peut développer jusqu’à 200 chevaux lorsqu’il est débridé. Pour peaufiner ce modèle hors du commun, l’habillage a été confié par la maison française de renom Hermès. Hermès a donc inventé et créé un habillage unique en son genre.

Dans une élégance et un raffinement incomparable, nombreux éléments de cette machine ont été recouverts de cuir de buffle skipper noir très robuste et très design, notamment son réservoir, son garde-boue, ses poignées, la tête de fourche, la selle, le compteur, les pots d’échappement et même la clé de contact. Mais ce modèle d’exception se distingue aussi par les rétroviseurs spécialement créés pour le démarquer des autres modèles de série, mais également par ses carters latéraux et ses leviers rétractables. Pour la cerise sur le gâteau, un casque jet Arai entièrement habillé de cuir vient compléter le tout.

 

Un hommage pour Jean-Claude Olivier

Ce modèle offert à Jean-Claude Olivier fut par la suite créé en seulement 5 exemplaires. Et pour rendre hommage à ce dernier qui nous a quittés le 12 janvier 2013, Artcurcial a décidé d’organiser une vente aux enchères de sa moto V-Max. Le coût d’origine de cette moto était d’environ 45 000 euros en 2010. Et pour cette vente aux enchères, le prix de départ est fixé à 30 000 euros. Mais ce montant pourrait bien franchir les 50 000 euros. En effet, cette moto collector ne compte que 1 146 km au compteur et son habillage soigneusement perfectionné par Hermès est encore intact et parfaitement préservé.

Quentin

0 Commentaires