En créant « La Club 55 Cup » en 1981, Patrice de Colmont n’était certainement pas certain qu’il serait à l’origine d’un formidable défi et de rencontres nautiques inédites en Europe. Deux bateaux s’affrontaient et le perdant (comme le gagnant) a noyé sa déception lors d’un banquet mémorable au Club 55. La Nioulargue de Saint-Tropez était née et a connu un formidable succès jusqu’en 1995 date d’un accident entre deux voiliers.

 

En 1999, les Voiles de Saint-Tropez relancent le défi de la manifestation la plus prestigieuse de Méditerranée, toujours présentée la dernière semaine de septembre. Au programme les super yachts hyper modernes (les Wally), qui arrivent à conjuguer luxe et confort avec vitesse, les voiliers de tradition, qui font encore rêver… Pas facile de suivre vraiment les courses, bien programmées pourtant, les centaines de voiliers inondent le golfe de Saint-Tropez pour créer une image absolument féérique. Le défi majeur : la Club 55 Cup a bien eu lieu le jeudi entre le voilier Savanah (qui l’a gagné) et le superbe Eugenia V. Savanah deviendra donc le défendeur du titre en 2018.

Mais « Les Voiles », ce sont aussi une dizaine de jours d’animation permanente dans Saint-Tropez. La cité du Bailli clôture un peu sa saison estivale dans la magie et les hôtels et restaurants peuvent jouer à guichets presque fermés, sous le soleil. Au « Mas Bellevue », le délicieux 4 étoiles, qui n’inspire que le bonheur, la table d’une trentaine de membres d’équipage, était à l’image de ces voiles, respectueuse et solidaire. Coup de chapeau à André Beaufils (ancien de la Nioulargue), président de la Société Nautique de Saint-Tropez. Et un clin d’œil incontournable au Musée de la Citadelle (inauguré en 2013) avec son espace plaisance et régate. N’oublions pas que Saint-Tropez fut le troisième port français au XVIIIème siècle !

 

Roland ESCAIG