Menu & Search
Van Cleef & Arpels : une exposition « Précieuses Ballerines » dans sa boutique place Vendôme

Van Cleef & Arpels : une exposition « Précieuses Ballerines » dans sa boutique place Vendôme

« La danse, c’est la poésie avec des bras et des jambes, c’est la matière gracieuse et terrible, animée, embellie par le mouvement » a dit Charles Baudelaire. Pour rendre hommage aux stars de la danse, la maison Van Cleef & Arpels a organisé une exposition nommée « Précieuses Ballerines » du le 15 novembre 2017 au 10 janvier 2018. Une vingtaine de pièces réalisées entre 1941 et 1993 sont présentées dans la boutique de la magnifique maison de haute joaillerie du 20, place Vendôme.

Van Cleef & Arpels, un amoureux des ballerines

L’histoire d’amour entre la maison Van Cleef & Arpels a commencé dans les années 40, à New York, grâce à Louis Arpels, adepte d’opéras et ballets. Durant plusieurs décennies, le monde de la danse et de la joaillerie sont devenus inséparables, marqués par l’excellence, la grâce et la poésie. C’est lorsque les ballerines de la maison rappellent les danseuses peintes par Degas qu’elle a fait des clips ballerines des produits emblématiques d’ailleurs très sollicités par les collectionneurs. Cette exposition laisse le public découvrir un univers exceptionnel et une face charmante de la danse et de la joaillerie. Les grands ballets classiques ont été mis à l’honneur avec Raymonda ou le Lac des Cygnes.

 

Une précision minutieuse pour sublimer la figure poétique

L’exposition dévoile dessins et pancartes des années 1940 et 50 avec des danseuses toutes aussi charmantes les unes que les autres. Parmi elles, une ballerine avec son visage en or ou stylisé par un diamant taille rose s’inclinant légèrement, paraît lever un bras délicatement en tendant sa jambe et en cambrant son pied. Une ballerine-fée s’élance dans les airs la baguette magique à la main ou encore celle qui réalise une arabesque. Tels de petits rats d’opéra, deux fillettes tiennent la pose. Ou encore la princesse Odette en diamants pétillants évoluant sous un ciel étoilé.

La représentation effectuée par la maison a été soigneusement travaillée jusqu’aux moindres détails. Avec le mariage de pierres précieuses pour former la texture et la forme des costumes de scène, l’élégance et la perfection sont au rendez-vous. Par exemple, le tutu classique impressionnant en diamants taille rose de la danseuse espagnole en 1941 qui a été doublé d’émeraude. Les ballerines françaises quant à elles se déclinent en sequins concaves d’or jaune ponctués au centre de cabochons de turquoise ou de rubis. Cette exposition fait voyager dans le temps notamment avec les dessins, les affichettes et les différents objets archives. Le poudrier Lac des cygnes embelli par des pierres précieuses est la pièce à ne pas louper, rendant hommage à de grands ballets classiques.

 

Une inspiration originale

La maison s’est inspirée des célèbres danseuses à l’instar de Suzanne Farell pour un clip ballerine en or jaune, platine et diamants. Elle danse « Diamants » dans le dernier acte du ballet Jewels, sur une musique Tchaïkovski en 1967, fruit de la complicité de George Balanchine et Claude Arpels comprenant trois tableaux. Le premier, « Émeraudes » pour symboliser la France sur une musique de Fauré, le second, « Rubis » reflétant les États-Unis avec une musique jazzy et enfin « Diamants » rendant hommage aux ballets classiques de la Russie.

La maison Van Cleef & Arpels a perpétué les liens avec la danse grâce à une collaboration avec Benjamin Millepied et sa compagnie L.A Dance Project depuis l’année 2012.

La marque a voulu partager ces moments de grâce et de charme qu’offrent les étoiles de la danse sous une atmosphère hivernale de neige scintillante avec cette exposition « Précieuses Ballerines », univers unissant à la fois féérique et poétique.

 

Quentin

0 Commentaires