Menu & Search
Karim KADID, l’étoffe d’un artiste

Karim KADID, l’étoffe d’un artiste

Sur la place d’Alger, il fait figure de pionnier. À 43 ans, Karim KADID taquine l’univers du luxe, de l’élégance et du raffinement tout en conservant une touche traditionnelle.

Tenues élégantes, collections flamboyantes, défilés prestigieux, le créateur pose sa griffe avec maestria sur toutes les broderies qui ont fait sa renommée. Et comme ce styliste a toujours envie de nous surprendre, il vient de lancer une collection de sacs en croco, à faire pâlir de jalousie les plus grands créateurs of the world. Et ainsi, pour marier fragrance et élégance, il donne son nom à un parfum «Karim Kadid» dont la sortie est prévue pour l’année 2015.

karim

Karim KADID a vu le jour, il y a 43 ans, à Miliana. La couture, il est tombé dedans quand il né. «Ma mère et ma tante habillaient régulièrement les mariées. Quant à mon grandpère maternel, il excellait dans les broderies sur burnous.
J’ai ainsi grandi en observant ma mère couper les étoffes pour en faire de belles tenues. Tout jeune, je l’accompagnais souvent dans une grande école de broderie, tenue par les soeurs blanches à Miliana. Je regardais avec fascination les couleurs, les fils dorés et les broderies. Je me sentais déjà si bien dans ce cocon. Ces images sont restées gravées dans mon esprit.»

karim-2

À 20 ans, Karim KADID décide de se lancer dans le métier. Il ouvre une petite boutique à Miliana et reçoit ses premières clientes. «Mon style prend ses racines dans l’art ottoman. J’ai puisé mes premières inspirations dans le patrimoine turc. C’est ce qui a séduit mes clientes dès le début.» Avec ses premières économies, Karim KADID s’offre son propre atelier spécialisé dans les broderies. «La broderie, c’est mon dada. Je trouve que c’est ce qui rehausse  la beauté d’un costume. C’est comme une couronne sur la tête d’une princesse. S’en priver, c’est comme manger un plat sans sel.» Le jeune créateur poursuit son petit bonhomme de chemin. En 2004, il quitte sa ville natale pour aller à la conquête de la capitale. «J’ai pris une boutique à Ouled Fayet et j’ai aussitôt commencé à tisser mon propre réseau. J’ai ainsi participé à de nombreuses expositions en Algérie et aussi à l’étranger.» Son pèlerinage artistique l’emmène, en effet, dans des contrées lointaines : Allemagne, France, Espagne, Corée du sud… Par la suite, il habille, cinq années durant, Miss Algérie.

karim-1

À 43 ans, Karim KADID est toujours un coeur à prendre. «J’espère que ma Juliette arrivera vite. Alors, pour me séduire, juste besoin qu’elle soit ‘’artiste’’ dans sa manière d’être et qu’elle apprécie ce que je fais. Je suis un homme attentionné et je saurai la rendre heureuse. Il faut juste qu’elle arrive vite !» (Rires). Karim KADID peut d’ores et déjà se mettre à dessiner la robe blanche que portera sa future dulcinée… le message est sans doute déjà parvenu à nos lectrices !

Lilia Ben

Photos : Kaies Ettounsi 2PPROD

0 Commentaires