Menu & Search
Junghans lance sa première montre Meister Automatic pour femme

Junghans lance sa première montre Meister Automatic pour femme

La marque horlogère allemande Junghans, fondée en 1861 à Schramberg, est aujourd’hui plus que jamais tournée vers des garde-temps destinés à ses contemporains, à l’image de la toute nouvelle montre élégante pour le poignet féminin, Meister Damen Automatic. Avec notamment le modèle sur bracelet python, en harmonie avec les couleurs changeantes du cadran irisé, une lunette sertie de 60 diamants taille brillant et quatre index sertis de 16 diamants. Sur cette montre mécanique à remontage automatique, la date est à trois heures.

 

La collection Junghans Meister est dotée d’un mouvement automatique J840.1 avec réserve de marche de 38 heures et correction rapide de la date. Le boîtier est en acier ou acier PVD, avec un fond transparent en verre minéral au verso, tandis qu’un verre saphir bombé protège le cadran au recto.

La montre Meister Damen Automatic est disponible avec un bracelet en lézard (bleu, rouge, beige), un bracelet en alligator noir ou un bracelet en python. Elle est étanche à 300 mètres.

Junghans Meister Damen Automatic, montre automatique pour femme sur bracelet python, lunette sertie de 60 diamants taille brillant et quatre index sertis de 16 diamants.

La collection Junghans Meister

Depuis les années 1930, les montres Meister se caractérisent par des cadrans aux lignes équilibrées et aux proportions harmonieuses, dotés des meilleurs mouvements créés par la maison allemande. Dans les années 1950, les designers horlogers s’étaient lancé le défi de réduire le volume de la montre et de créer des modèles fins, malgré l’épaisseur relative des mouvements, avec des verres et des cadrans bombés. Parallèlement, Junghans mettait au point des mouvements mécaniques, dont le mouvement chronomètre J83. Les modèles Meister actuels rendent hommage à la philosophie créative et aux prouesses techniques de cette période : technologie moderne, proportions et lignes élégantes font entrer les classiques de Junghans dans l’ère contemporaine.

 

Carine Loeillet

0 Commentaires