Qui ne rêverait pas de savourer un excellent plat cuisiné rapidement par un chef cuisinier étoilé avant de s’envoler pour un long voyage fatigant ! C’est justement pour permettre aux passagers pressés de se régaler en 26 minutes chrono que des chefs étoilés comme Guy Martin ou Thierry Marx se sont installés dans l’aéroport de Roissy, un aéroport où la concurrence internationale est importante. Michel Rostang prévoit de les rejoindre dans un futur proche !

Le but : avoir huit chefs au sein de l’aéroport d’ici 2020

Gilles Epié et Guy Martin étaient déjà présents dans l’aéroport de Roissy et ce dernier y a d’ailleurs ouvert une deuxième enseigne sur les lieux. C’est au printemps dernier que Thierry Marx les a rejoints entre un Relay et un McDonald’s, dans le Terminal 1 où il a ouvert son adresse baptisée « Teppan ».

Après que le restaurant « I love Paris » ait été nommé meilleur resto d’aéroport par un jury anglo-saxon, Guy Martin n’a pas hésité à signer la carte du « French Taste », un bistrot qui a ouvert ses portes dans la zone de correspondance du Terminal 2E.

« Les aéroports sont désormais des lieux de vie, un nouveau continent où il est important d’être présent pour les chefs » explique Guy Martin. Mais offrir une restauration haut de gamme aux passagers avec un service rapide et de luxe s’avère aussi indispensable. Paris Aéroport envisage donc de recenser huit chefs étoilés sur les lieux d’ici 2020 car cette « montée en gamme gastronomique » qui a pris son élan en 2012 est considérée comme un enjeu fort pour les aéroports.

Le directeur clients Mathieu Daubert a tenu à expliquer que l’objectif de réunir des chefs étoilés dans l’aéroport de Paris est surtout de « faire préférer Paris aux passagers en correspondance » qui doivent faire leur choix entre plusieurs hubs. Mais cela représente aussi un « enjeu d’image et d’incarnation des richesses de la France et de Paris » rajoute-t-il.

Cela va d’ailleurs inciter les passagers à dépenser plus pour des services haut de gamme tout comme dans le domaine de la beauté ou du prêt-à-porter ! Jusqu’ici, le record enregistré vient d’un passager russe qui a dépensé 12 000 euros !

Le « Teppan » de Thierry Marx

C’est dans un endroit chic que le cuisinier a prêté sa signature pour servir une cuisine rapide mais efficace, chauffée sur le teppanyaki, un ustensile de cuisson japonais.

Il s’y est installé après un appel d’offres lancé par le groupe Lagardère, partenaire de Paris Aéroport, au début pour « amener une autre proposition, artisanale, entre Starbucks et McDo. »

L’objectif de Thierry Marx est de régaler les passagers et le personnel de l’aéroport en un temps record tout en leur servant des plats savoureux et de haute qualité. « Les clients passent en moyenne 26 minutes à table, donc le défi est de faire de la qualité, avec des produits frais et des gestes très simples » explique-t-il.

C’est également une belle opportunité pour les jeunes formés d’entrer dans le domaine professionnel avec une cuisine simplifiée et des horaires adéquats pour la vie de famille.

Cependant, Thierry Marx voit également le « Teppan » comme une occasion de plus pour faire tourner sa table gastronomique parisienne, notamment le « Sur Mesure ».

« Une cuisine d’auteur, c’est 30 à 35 couverts par service. Vous faites votre nom mais si à la fin vous avez 4% de bénéfice, c’est bien. Donc il faut d’autres revenus. Le Teppan, c’est 900 couverts par jour, un service continu de 6h à 22h. C’est comme quand Lagerfeld fait des fringues pour H&M : la rentabilité se fait sur le volume » exprime-t-il.

 

Quentin