Menu & Search
AURÉLIA KHAZAN : UNE FEMME ARTISTE LIBRE

AURÉLIA KHAZAN : UNE FEMME ARTISTE LIBRE

Robe Pellessimo, collier et bague Argument, manchette Coralie Ansellem, montre Zenith.

AURÉLIA KHAZAN : UNE FEMME ARTISTE LIBRE
Actrice, chanteuse et réalisatrice française, Aurélia Khazan est un pur diamant français métissé (d’origine française, hongroise, espagnole et marocaine) qui a vraiment plusieurs cordes à son arc.
Ambassadrice de luxe-infinity, lors de la soirée « Octobre Rose », en décembre 2015 à Genève au profit d’Action Innocence, elle a participé à la vente aux enchères du sapin de Noël réalisé par Jean-Paul Gaultier.
Roland Escaig : – Aurélia, qui êtes-vous vraiment ?
Aurélia Khazan : – Née à Versailles, j’ai commencé le violon à 4ans et demi ainsi que des cours de chant. Mais un accident de voiture m’a interdit le violon et je me suis intéressé au théâtre. J’ai appris l’amour des textes comme un instrumentiste apprend à lire une partition, grâce à Alexandre Grecq, acteur et comédien de la Comédie Française.

img_0126-an
Robe Tony Ward, collier Daniela Baumgartner Paris.
RE : – Après avoir interprété les grands rôles du répertoire théâtral français et joué dans des comédies musicales, vous êtes partie subitement en Inde pour y lancer une nouvelle carrière. Explication de texte ?
AK : Quand j’étais petite, j’étais une grande fan de Jules Vernes et je voulais voir les éléphants. La découverte du film Bollywood en DVD, acheté par ma mère a été le déclic. J’ai commencé à apprendre la langue hindi et je suis partie en 2011 à Mumbai dans une école d’actorat et de cinéma. Une belle aventure comme actrice, qui me permettra d’être nommée showstopper de la Lakmé Fashion week de Mumbai, que j’ai inauguré par une interprétation dansée. En Inde, mode et cinéma sont très liés.

img_0187-w
Robe Patuna, collier de bagues Loris Paris Joaillerie.
RE : On vous retrouve en France, sélectionnée comme « Jeune comédienne-Jeune talent » au Festival de Cannes en 2013 et 2014. Vous monterez même les marches du Palais, habillée par la maison Haute Couture Jean-Paul Gaultier. Que représente la mode pour vous en 2016-2017 ?
AK : J’aimerais que ce soit synonyme de liberté et d’expression. Il faudrait trouver une alchimie entre le corps de la femme et la mode. Faire l’éloge de l’imperfection.

img_0213-web
Robe Patuna, collier de bagues Loris Paris Joaillerie.
RE : Vous avez été brillamment récompensée dans différents festivals internationaux pour le film américain « Love me Haïti » dans lequel vous tenez le rôle principal. Peut-on parler de performance d’actrice ?
AK : Je ne sais pas, mais mes compétences en langues étrangères m’ont permis de tourner ce court-métrage réalisé par Hugues Gentillon en langue créole. Oscar du meilleur court-métrage de fiction des MPAH Haïti Movie Awards, il a aussi obtenu le Prix Unesco – Nord Sud Developpement lors du Festival International du Film Panafricain à Cannes en mai 2015.

img_0395-w
Boléro Katia Sanz, boucles d’oreille Philippe Ferrandis, bague Marc-Alexandre Joaillerie.
RE : Artiste complète, vous composez des musiques, vous écrivez les paroles et vous chantez. Le virus de la musique, ne vous a t’il jamais quitté ?
AK : Je travaille avec le compositeur Simon Derasse et parfois je change la ligne mélodique, en écrivant les paroles en anglais. En ce moment, je prépare un album mais j’ai déjà donné des concerts et participe à des festivals de musique dont notamment « les sommets du classique au jazz de Crans Montana » en Suisse, parrainé par Michel Legrand.

img_0319-w
Robe Antonio Ortega, bagues Catherine Gourgoury Joaillerie.
RE : Que signifie la notion de luxe pour vous ? Et qu’attendez-vous de votre trajectoire ?
AK : Pour moi, le grand luxe est de pouvoir gagner sa vie en faisant ce que l’on aime. Et de partager le goût des belles choses, du travail bien fait. Au-delà de la notion de prix. Dans une trajectoire, le plus important, ce n’est pas l’arrivée c’est le chemin. J’ai pris le parti de faire des choix et de dire parfois « non » à certains projets. Mes cours de coaching pour prise de parole en public (formée et diplômée d’Harvard) me laissent cette liberté.

img_0626-w
Robe Patuna, boucles d’oreille Isabelle Michel, bracelet Alexandre Delima, bourse Clelia Tavernier.

Interview par Roland Escaig

Photographe : Michel Dupré
Stylisme : Christelle Santabarbara
Coiffeur : Nicolas Vangout
Maquilleuse : Laetitia Sireix
Assistant Photographe : Max Cascarino
L’Hôtel Sofitel Paris Arc de Triomphe 14, rue Beaujon – 75008 Paris

1 Commentaire

6 + 1 =